Parution du dossier Printemps 2010

Print Friendly

Sociétés contemporaines et sécurité >> lire le dossier <<

Pourquoi la sécurité ?

avec l'aimable autorisation de Roman Bonnery - http://www.romanbonnery.com/

Ce deuxième dossier des Implications philosophiques est consacré à la notion de sécurité. Il ne s’agit évidemment pas de clore une fois pour toute la question, ni de fournir un panorama exhaustif. Bien au contraire, s’il est une conviction qui se dégage de l’ensemble de ces articles, c’est qu’il s’agit là d’un débat inhérent à nos sociétés contemporaines, inhérent aux sociétés libérales et que la plus grande menace réside très certainement dans la désertion civique, ou l’abandon intellectuel de ce débat. L’existence de ce dossier n’a d’autre ambition que d’encourager la réflexion, d’examiner les outils d’analyse dont nous disposons afin de mieux comprendre et d’agir aujourd’hui.

Difficultés méthodologiques

Toutefois, ce travail d’élucidation s’est heurté, dans son élaboration, à deux types de difficultés. D’une part une médiatisation intense qui parasite la pensée, et d’autre part un champ de recherche si vaste qu’il semble impossible d’en proposer une vue d’ensemble.

En un sens, c’est cette médiatisation du concept de sécurité qui nous a donné la conviction qu’il fallait procéder à une analyse dépassionnée (ce qui ne signifie pas apolitique) de ce débat – une mise en perspective pour en cerner les implications philosophiques. Pour reprendre le titre de l’article de Thierry Oblet : peut-on parler de sécurité sans être suspecté d’obsession sécuritaire ? Nous avons fait le pari que cette possibilité existe encore.

Restait l’immensité du sujet. Afin d’éviter les regards biaisés ou incomplets, il a été décidé d’accueillir dans ce dossier les approches pluri-disciplinaires qui permettent de multiplier les postures sur cet objet conceptuel, central ici, qu’est la sécurité. On trouvera ainsi dans ce dossier des analyses issues des grilles méthodologiques des relations internationales, de la science politique, de la sociologie, de l’histoire de la philosophie et de la philosophie éthique et politique.

Diversité des horizons et unité problématique

Une multiplicité d’approches n’a évidemment de sens que lorsque celles-ci sont appliquées à traiter un objet commun. Or c’est précisément cette unité qui semble faire problème : « plutôt que de chercher à remplir abusivement la notion de sécurité par un contenu, il est plus juste d’en préserver l’indétermination. » (Hélène L’Heuillet – Introduction)

Par conséquent, il a été choisi d’articuler ce dossier autour de trois problématiques qui nous sont apparues comme structurant de façon relativement complète le débat contemporain sur les questions de sécurité.

Le premier axe retenu s’efforce de clarifier les usages qui sont faits de ce terme dans une perspective quasiment analytique d’élucidation des concepts (H. L’Heuillet, T. Oblet A. Faravelon). Le deuxième faisceau problématique s’attache à reconstituer la construction historique de ce concept, en fournir une sorte de généalogie philosophique (D. Weber, E. Djordjevic, H. Bah) – mais aussi institutionnelle (R. Chaouad, B. Nivet). Enfin, la troisième problématique se consacre plus spécifiquement sur l’articulation théorie/pratique en examinant des cas empiriques de dispositifs de sécurité (S. Germain, S. David, MdN Ruffo) et confronter en retour l’aptitude des outils intellectuels à appréhender correctement ce qui se déploie aujourd’hui (F. Carrière).

Un mot, avant de conclure, pour remercier l’ensemble des auteurs qui ont tant apporté à ce dossier, par la qualité et l’originalité de leur article, par leurs suggestions et leurs remarques. La rédaction tient également à remercier tout particulièrement Hélène L’Heuillet qui a accepté de co-diriger ce dossier.

En vous souhaitant une bonne lecture,

Thibaud Zuppinger

Les commentaires sont clos.

Suivez-nous :
ISSN 2105-0864 - Copyright © 2009-2015 Implications philosophiques CopyrightFrance.com