Ce que la logique a d’indicible. Essai de reconstruction d’un dialogue entre Frege et Wittgenstein (I)

Print Friendly

Bien que Wittgenstein ait, sa vie durant, loué la « grandeur » des écrits de Frege et reconnu l’influence qu’ils eurent sur sa propre pensée, son rapport au logicien d’Iéna s’avère particulièrement complexe. Son cheminement philosophique a sans le moindre doute été marqué de façon décisive par l’auteur des Grundgesetze der Arithmetik, dont l’Avant-propos du Tractatus présente les « œuvres grandioses » comme l’une des principales sources auxquelles le jeune philosophe devrait la « stimulation de [s]es pensées »[1], mais la nature et la portée de cette « stimulation » sont diversement appréhendées par les commentateurs. En raison du style lapidaire du propos du Tractatus et du caractère implicite de la plupart des références qu’il contient, il semble impossible d’identifier avec précision la nature du dialogue qui, à partir de la lecture par Wittgenstein de l’Appendice A des Principles of Mathematics de Russell (sur les « théories logique et arithmétique de Frege »), en passant par des entretiens oraux dont le contenu exact demeure inconnu, jusqu’à la rupture épistolaire de 1920, devait se former entre les deux logiciens-philosophes. L’étude des origines frégéennes de la démarche philosophique du « premier Wittgenstein », qui a déjà fait l’objet d’études substantielles[2], peut alors seulement consister en une tentative de reconstruction rationnelle, en la mise en évidence de similitudes et d’un itinéraire vraisemblable.

C’est à cette démarche que j’aimerais ici prendre part en posant le problème suivant : est-il possible de mettre en évidence une thématique principale ou une difficulté logico-philosophique déterminée autour de laquelle se serait construit le dialogue entre Frege et Wittgenstein ?

Il me semble que l’on peut apporter une réponse affirmative à cette question, voire identifier une ligne directrice qui permet d’éclairer les échanges entre les deux auteurs : ce fil conducteur réside dans la question des limites du discours logique, qui pousse à attribuer à la logique un aspect ineffable et donne un caractère paradoxal aux énoncés par lesquels elle est présentée. Plus précisément, il importe de voir en quoi l’auteur du Tractatus a pu reprendre la tâche frégéenne de clarification logique de la pensée tout en faisant subir un détournement radical au projet idéographique et comment sa démarche philosophique originale tire toutes les conséquences d’une aporie liée à l’idée d’un fondement absolu de la logique, aporie dont certaines remarques du maître d’Iéna portent la trace manifeste.

Le dialogue entre Frege et Wittgenstein : une incompréhension mutuelle ?

Dans leur grande majorité, les commentateurs du Tractatus se sont rendu compte, certes après un temps de réflexion variable, du fait que l’ouvrage demeure à peu près inintelligible si l’on fait abstraction de son arrière-plan frégéen[3]. La nature et la portée exactes de l’influence du logicien d’Iéna sur Wittgenstein sont néanmoins particulièrement difficiles à établir : si Frege est le seul auteur que le jeune philosophe cite avec approbation[4], et si l’on peut compter soixante-dix occurrences de thèmes frégéens dans le Tractatus, une seule remarque (3.318 où la conception de Frege est assimilée à celle de Russell) exprime un accord explicite avec l’inventeur de l’idéographie[5]. Penser le dialogue entre les deux penseurs en termes de confrontation ne semble guère plus éclairant puisque, comme le remarquait Gordon Baker, « les points fondamentaux de désaccord sont diversement identifiés, mal compris et expliqués de façons différentes selon les commentateurs »[6] à tel point que d’aucuns, tel Warren Goldfarb, n’hésitent plus à mettre en doute la maîtrise par Wittgenstein des idées de son maître allemand[7].

La question est d’autant plus embarrassante que toute une tradition herméneutique présente le Tractatus comme une réponse originale à certaines difficultés inhérentes à la pensée frégéenne. Dans un célèbre article de 1976 dont le contenu fut repris et développé par Jacques Bouveresse en 1981, Peter Geach s’efforçait ainsi de rattacher la distinction entre dire et montrer, en laquelle Wittgenstein voyait non seulement son « idée principale » mais aussi « le problème cardinal de la philosophie »[8], à la présence chez Frege de distinctions catégorielles indicibles qui doivent se montrer d’elles-mêmes dans une langue formalisée bien construite[9]. Ces distinctions logiques, dont la plus fameuse est celle qui s’effectue entre la fonction (ou le concept) et l’objet, auraient pour caractéristique essentielle de déterminer simultanément les expressions du langage et la réalité extra-langagière. C’est ainsi que toute tentative pour qualifier des concepts au moyen de prédicats donne lieu à des expressions paradoxales inadmissibles dans le langage idéographique frégéen. L’auteur de « Begriff und Gegenstand » affirmant de façon soutenue qu’un concept ne peut jamais occuper la place de sujet dans une proposition (c’est-à-dire l’espace vide réservé à un objet) à moins de perdre sa dimension prédicative, i.e. sa nature de concept, les formules mal construites du type « le concept ‘cheval’ est un concept que l’on acquiert aisément » génèrent des paradoxes insurmontables : la proposition en question, proposée par Benno Kerry lors de son débat avec Frege sur ce point, qualifie en effet le concept « cheval » de concept tout en lui assignant, par sa place de sujet logique, le statut d’objet qui est incompatible avec celui de concept. Du point de vue idéographique, il est donc impossible de dire qu’une entité déterminée est un concept, bien que cette connaissance soit présupposée par l’usage correct du terme qui désigne l’entité en question.

 À en croire Peter Geach, Wittgenstein aurait dans le Tractatus hérité de l’idée selon laquelle certaines distinctions logiques sont indicibles et l’aurait simplement étendue en admettant davantage de distinctions de ce type, y compris dans des domaines extérieurs à la logique (comme l’éthique ou l’esthétique). Et, ainsi que l’a souligné Jacques Bouveresse en s’intéressant également aux « origines frégéennes » de la notion de monstration, Wittgenstein partage en outre avec Frege l’idée selon laquelle les « éléments logiques premiers »[10], s’ils ne peuvent faire l’objet de propositions bien construites, sont néanmoins susceptibles d’être indiqués au moyen de « commentaires explicatifs » ou « élucidations » (Erläuterungen), c’est-à-dire d’expressions logiquement incorrectes mais indispensables d’un point de vue didactique pour permettre la compréhension du symbolisme de l’idéographie. Ces formules qui, comme le dit Frege, font appel à la « bonne volonté » et à la « capacité à deviner » du lecteur ‒ ce dernier ne pouvant saisir leur portée que s’il y met « un petit grain de sel »[11] ‒ semblent englober l’ensemble des propositions philosophiques du Tractatus, puisque Wittgenstein juge la philosophie composée pour l’essentiel d’élucidations (4.112) et finit par qualifier son propre discours d’élucidatoire (6.54). La philosophie tractarienne pourrait alors passer pour une double extension de considérations frégéennes : l’application de l’idée de distinctions logiques indicibles à des réalités que Frege n’avait pas prises en compte, et l’intégration de l’ensemble des énoncés logico-philosophiques au champ des élucidations.

Une telle interprétation présuppose toutefois, comme l’ont remarqué les tenants de la lecture « nouvelle » ou « thérapeutique » du Traité, que les deux logiciens aient partagé à peu près la même conception du non-sens, conception selon laquelle les formules dépourvues de sens auraient parfois le pouvoir d’indiquer une réalité objective mais ineffable. Or, c’est précisément contre l’attribution d’une telle conception à Wittgenstein que s’est construite la lecture « thérapeutique » du Tractatus, dont les principaux représentants, Cora Diamond et James Conant, ont proposé des interprétations originales du dialogue entre Frege et Wittgenstein. C. Diamond a ainsi critiqué les analyses de P. Geach, l’accusant de « se dégonfler », de « faire la poule mouillée » (chickening out) alors qu’il prétend suivre Wittgenstein dans son ultime geste de « rejeter », après y être monté, l’« échelle » construite par ses propres propositions philosophiques, dépourvues de sens (unsinnig) (6.54). Rejeter l’échelle signifierait en effet, selon C. Diamond, renoncer « à la notion de quelque chose de vrai sur la réalité, mais de non diciblement vrai »[12], renoncement absent chez le philosophe de Leeds puisqu’il attribue à Frege et Wittgenstein l’idée selon laquelle certains caractères de la réalité sont indicibles.

 Il est certes étonnant de voir C. Diamond se référer à Frege, pour qui l’existence effective de la distinction entre fonction et objet ne fait nul doute, afin de clarifier son interprétation « thérapeutique » du Tractatus[13]. Mais cela n’implique pas que la lecture nouvelle soit incapable d’éclairer le rapport de Wittgenstein à Frege : si ce dernier est peu crédible dans le rôle du thérapeute face à Benno Kerry, il l’est davantage dans celui de la victime potentielle d’une maladie philosophique dont Wittgenstein aurait cherché à le prévenir. James Conant a, selon ce point de vue, pu reconnaître dans le Tractatus une tentative pour dépasser l’hésitation frégéenne entre deux conceptions du non-sens :

(1) la conception substantielle, d’après laquelle le « simple non-sens », purement inintelligible, devrait être distingué d’un « non-sens substantiel » qui parviendrait, en assemblant de façon logiquement incorrecte des éléments signifiants, à exprimer une pensée incohérente mais réelle ;

(2) la conception austère, qui consiste à nier l’existence d’un non-sens substantiel, réduisant ainsi toute formule dépourvue de sens au « simple non-sens ».

Bien que Frege suggère parfois que ses élucidations expriment de façon incorrecte de véritables pensées[14], ses propres principes logico-philosophiques exposés dans l’introduction des Grundlagen der Arithmetik semblent incompatibles avec la conception substantielle du non-sens. En vertu de ces principes[15], l’identification de la catégorie logique d’une expression donnée n’est possible qu’en fonction du rôle de cette expression dans la structure logique du jugement, de telle sorte qu’au cas où cette structure logique est défectueuse, la saisie du caractère conceptuel ou objectuel de l’expression le sera tout autant : on ne peut saisir absolument aucune signification lorsqu’un terme désignant un concept occupe la place de sujet logique réservée aux objets. Et il est manifeste que Wittgenstein a dû faire face à une difficulté analogue à travers sa distinction entre signe (donnée perceptible arbitraire pouvant être employée pour figurer des faits) et symbole (emploi du signe selon un mode de dénotation déterminé), l’auteur du Tractatus remarquant que le langage ordinaire permet dans de nombreux cas à un même signe de symboliser de différentes manières. Or, Wittgenstein, fidèle au principe de contextualité frégéen, insiste sur le fait que seul « l’usage pourvu de sens » (sinnvollen Gebrauch) permet de saisir le mode de dénotation des signes :

Pour reconnaître le symbole sous le signe, il faut prendre garde à son usage pourvu de sens (3.326).

Une telle affirmation signifie qu’il n’est pas possible de reconnaître le symbole sous le signe lorsque la suite de signes qui l’intègre est dépourvue de sens (unsinnig), c’est-à-dire qu’un signe ne peut absolument pas symboliser, dénoter quoi que ce soit s’il apparait au sein d’une proposition dépourvue de sens : ce qui est unsinnig ne signifie rien du tout et ne peut donc renvoyer à aucune réalité. Radicalisant la démarche de Frege, la sémantique tractarienne semblerait alors tout à fait incompatible avec l’idée d’un non-sens substantiel et ne pourrait correspondre qu’à la conception austère du non-sens.

La lecture de J. Conant, si elle manifeste une étude approfondie des développements du Tractatus concernant le mode de symbolisation des signes, n’en partage pas moins avec les interprétations de P. Geach, de J. Bouveresse et de C. Diamond un présupposé relativement incertain, selon lequel le dialogue entre Frege et le jeune Wittgenstein mettrait en jeu de façon primordiale des difficultés d’ordre sémantique liées au paradoxe du concept ‘cheval’[16]. Il importe, à cet égard, de souligner plusieurs points qui ne conduisent pas à nier tout intérêt de Wittgenstein pour le statut paradoxal de la fonction chez Frege, mais qui tendent néanmoins à présenter cet éventuel intérêt comme secondaire.

(i) D’abord, comme l’a justement remarqué Gordon Baker, on trouve dès les « Notes sur la logique » de 1913 une critique de l’usage frégéen de la distinction entre fonction et argument, critique qui sera reprise et développée dans le Tractatus[17]. De façon générale, la sémantique de Wittgenstein et son appréhension de la logique à partir d’une théorie du symbolisme se distinguent clairement de la sémantique frégéenne selon laquelle existent des pensées objectives indépendantes des symboles qui les expriment.

(ii) Par ailleurs, des données historiques bien établies indiquent que Wittgenstein n’a pas découvert l’œuvre du maître d’Iéna à travers « Concept et objet » mais en lisant de prime abord les Grundgesetze der Arithmetik, dont le contenu devait le marquer durablement[18]. Et si Wittgenstein a débuté l’étude de Frege par son opus magnum, sa lecture du texte dut être orientée par la connaissance préalable de l’Appendice A des Principles of Mathematics de Russell, où le philosophe anglais présentait les théories logiques et arithmétiques de son confrère allemand en fonction de ses propres conceptions et des difficultés qu’il rencontrait alors dans son projet de logicisation des mathématiques. Face à la fameuse contradiction qui menaçait l’édifice russellien, une brève note ajoutée à l’Appendice indiquait en effet la parution du second volume des Grundgesetze, affirmant que cet ouvrage  contient « très probablement la vraie solution », et recommandait fortement au lecteur « d’examiner l’argument de Frege sur ce point »[19].

(iii) Enfin, si le Tractatus partage avec « Concept et objet » une position à l’égard du problème des limites du sens, il est patent que la manière dont le Traité aborde ce problème ne correspond pas à la démarche idéographique frégéenne, à tel point qu’au moment où le maître d’Iéna reçut le manuscrit de Wittgenstein, il fut incapable d’en comprendre un traître mot[20]. La correspondance entre les deux logiciens-philosophes rend perceptible chez l’auteur de « Concept et objet » une triple incompréhension :

(1) incompréhension conceptuelle, puisqu’il refuse d’accepter des expressions qui, comme « être le cas » (der Fall sein) ou « fait » (Tatsache), ne reçoivent pas de définition précise ;

(2) stylistique, puisqu’il ne saurait appréhender un texte résolument non-scientifique autrement que comme une pure création artistique étrangère à sa propre démarche de logicien ;

(3) d’ordre méthodologique enfin, car Frege se sent tout à fait incapable d’identifier un problème général que le Traité se proposerait de résoudre.

L’incompréhension frégéenne du Tractatus, par son caractère radical, semble impliquer que Wittgenstein lui-même ‒ qui voyait en l’auteur des Grundgesetze la seule personne, avec Russell, susceptible de saisir le sens et la portée de son travail – ait eu une vision relativement déformée du projet logico-philosophique de son maître allemand. Et, de fait, le jeune Wittgenstein semble opérer un véritable détournement de la pensée de Frege dont on peut se demander s’il résulte d’une mûre délibération ou s’il ne provient pas au contraire d’une interprétation plus ou moins fallacieuse des écrits du logicien d’Iéna. Alors que ce dernier avait fait du fondement de l’arithmétique sa tâche principale, dont la réalisation devait passer avant tout par la construction d’une idéographie permettant l’expression rigoureuse des pensées scientifiques et la découverte de lois fondamentales, l’auteur du Tractatus paraît se distancer de son maître sur tous ces points. Le Traité évoque à peine le logicisme de Frege. Il donne au projet idéographique une orientation résolument non-frégéenne puisqu’il ne cherche pas tant à permettre l’expression des pensées scientifiques qu’à révéler la forme générale de toute figuration symbolique (y compris celle du langage naturel, dont les propositions sont tenues pour « ordonnées de façon logiquement parfaite », 5.5563). Enfin, il rejette, parmi les formules logiques, la distinction entre lois fondamentales et propositions dérivées au nom de l’équivalence de toutes les tautologies (6.127). Dès lors, on comprend que la nature de son influence sur Wittgenstein soit restée pour Frege une énigme et qu’il n’ait jamais pu s’expliquer pourquoi ses œuvres se voyaient évoquées de façon élogieuse dans l’Avant-propos du Traité : « Il a dû se sentir, écrit son biographe Lothar Keiser, comme un paysagiste que l’on remercierait pour la création d’un jardin qu’il n’a pas dessiné et où il n’a jamais mis les pieds »[21].

L’échange philosophique qui lie Wittgenstein à Frege ne peut néanmoins être réduit à un pur dialogue de sourds dans la mesure où plusieurs thématiques communes aux deux auteurs (parmi lesquelles figure bien la réflexion sur l’aspect paradoxal de formules relatives à des distinctions catégorielles ineffables) suggèrent indéniablement une prise de position du Tractatus par rapport à des problèmes auxquels la pensée frégéenne conduit par une sorte de nécessité intrinsèque. Je m’efforcerai, dans la suite de cet article, de retracer l’itinéraire intellectuel qui mène du projet du logicien d’Iéna à la démarche tractarienne, à travers trois thématiques principales dont la dernière me paraît la plus décisive : le rapport entre logique et ontologie, la démarcation entre sens et non-sens, le statut du discours logique.

 

Guillaume Decauwert (Philosophie, Langages & Cognition, UPMF, Grenoble 2)

Guillaume Decauwert est agrégé de philosophie. Il prépare actuellement une thèse de doctorat sous la direction du Pr. Denis Vernant à l’Université Pierre-Mendès-France (Grenoble 2), où il enseigne l’histoire de la logique et l’épistémologie dans le cadre d’un contrat doctoral. Ses recherches portent sur le Tractatus logico-philosophicus de Wittgenstein, en particulier sur la distinction entre dire et montrer dont il essaie de déterminer la forme, la fonction, et les origines philosophiques. Il a récemment contribué au numéro 4 de la RÉPHA (« Wittgenstein, Heidegger et l’existence du monde », p. 35-43).

Suite de l’article.

Bibliographie

 

Bibliographie sélective

 

 

L. Wittgenstein

 

Carnets 1914-1916, trad. G-G. Granger, Paris, Gallimard, 1971.

Carnets secrets 1914-1916, trad. J-P. Cometti, Tours, Farrago, 2001.

Prototractatus (1917-1918), texte allemand et trad. anglaise D. Pears, London, Routledge, 1971.

Tractatus logico-philosophicus (Logisch-philosophische Abhandlung), Routledge and Kegan Paul Ltd, 1922, trad. Française de G-G. Granger, Paris, Tel Gallimard, 1993.

Remarques mêlées, trad. G. Granel, Paris, GF Flammarion, 2002.

Fiches, trad. J.-P. Cometti, E. Rigal, Paris, Gallimard, 1970.

Remarques sur les fondements des mathématiques (éd. G. E. M. Anscombe, G. H. von Wright, 1956), trad. M.-A. Lescourret, Paris, Gallimard, 1983.

Ludwig Wittgenstein. Philosophical Occasions, textes anglais en parallèle pour les originaux en allemand, établi par J. Klagge et A. Nordmann, Indianapolis, Hackett, 1993.

Les inédits de Wittgenstein sont rassemblés sur le cédérom Wittgenstein’s Nachlass, The Bergen Electronic Edition, Oxford University Press, 2000.

‒‒‒‒‒‒

Wittgenstein et le Cercle de Vienne, d’après les notes de F. Waismann, bilingue, trad. G. Granel, Mauvezin, TER, 1991.

Leçons et conversations, trad. J. Fauve, Paris, Gallimard, 1976.

Les cours de Cambridge 1930-1932 (1980), établis par D. Lee d’après les notes de J. King et D. Lee, Mauvezin, TER, 1988.

‒‒‒‒‒‒

Ludwig Wittgenstein: Cambridge Letters, Correspondance with Russell, Keynes, Moore, Ramsey and Sraffa, edited by B. Mc Guinness et G.H. von Wright, Blackwell publishers Ltd, 1995, 1997.

Letters from Ludwig Wittgenstein with a Memoir by Paul Engelman, Oxford, Blackwell, 1967.

Briefe an Ludwig von Ficker, Salzburg, Müller, 1969.

 

 

 

G. Frege

 

Begriffsschrift: eine der arithmetischen nachgebildete Formelsprache des reinen Denkens. Halle, L. Nebert Verlag, 1879, p.  IV., trad. fr. de C. Besson, Idéographie, Paris, Vrin, 1999.

Die Grundlagen der Arithmetik (1884), Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1961, trad. fr. de Cl. Imbert, Les Fondements de l’arithmétique, Paris, Seuil, 1969.

Grundgesetze der Arithmetik, Iena, Pohle, 1893 et 1903, trad. anglaise partielle de Montgomery Furth, The Basic Laws of Arithmetic, Los Angeles, University of  California Press, 1964.

Nachgelassene Schriften, (ed. H. Hermes et al.), Felix Meiner, Hamburg, 1969, trad. fr., Écrits posthumes (1969), Nîmes, Editions J. Chambon, 1994.

Kleine Schriften, (ed. I. Angelelli), Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1967, trad. fr. partielle de Cl. Imbert dans Écrits logiques et philosophiques, Paris, Seuil, 1971.

‒‒‒‒‒‒

Wissentschaflicher Briefwechsel, (ed. G. Gabriel et al.), Hamburg, Felix Meiner Verlag, 1976, trad. partielle dans : Frege, Philosophical and Mathematical Correspondence (ed. G. Gabriel et al.), Oxford, Basil Blackwell, 1980.

 

 

Quelques références sur Frege et Wittgenstein

 

OUVRAGES

 

BAKER, G. P., Wittgenstein, Frege and the Vienna Circle, Oxford, Blackwell, 1988.

BEANEY, M., RECK, E. H. (ed.), Gottlob Frege, Critical Assessments of Leading  Philosophers, quatre vol., London, Routledge, 2005.

BELNA, J.-P., La Notion de nombre chez Dedekind, Cantor, Frege, Paris, Vrin, 1996.

BENMAKHLOUF, A., Gottlob Frege, logicien philosophe, Paris, PUF, 1997.

BENMAKHLOUF, A., Frege, le nécessaire et le superflu, Paris, Mathesis, Vrin, 2002.

BOUVERESSE, J., Dire et ne rien dire. L’illogisme, l’impossibilité et le non-sens, Nîmes, J. Chambon, 1997.

CHAUVIRÉ, Ch. (éd.) Lire le Tractatus logico-philosophicus de Wittgenstein, Paris, Vrin, 2009.

CRARY, A., READ, R. The New Wittgenstein, Londres / New York, Routledge, 2000.

DE ROUILHAN, P., Frege, les paradoxes de la représentation, Paris, Les Éditions de Minuit, 1988.

DIAMOND, C., The Realistic Spirit, Cambridge, The MIT Press, 1992.

DUMMETT, M., Frege: Philosophy of Language, London, Duckworth, 1973.

DUMMETT, M., Frege and others Philosophers, Oxford, Clarendon Press, 1991

FAVRHOLDT, D., An Interpretation and Critique of Wittgenstein’s Tractatus, Copenhagen, Munksgaard, 1964.

HINTIKKA, M.B. et HINTIKKA, J., Investigations sur Wittgenstein (1984), trad. Jawerbaum et Pesztat, Liège, Mardaga, 1991.

JOLLEY, K., The Concept « Horse » Paradox and Wittgensteinian Conceptual Investigations. A Prolegomenon to Philosophical Investigations, Aldershot, Ashgate, 2007.

KEISER, L., Gottlob Frege, Leben-Werk-Zeit, Hambourg, Felix Meiner Verlag, 2001.

LARGEAULT, J., Logique et philosophie chez Frege, Paris-Louvain, Nauwelaerts, 1970.

Mc GUINNESS, B., Wittgenstein (vol.1, 1889-1921) (1988), trad. Y. Tennenbaum, Paris, Seuil, 1991.

MONK, R., Wittgenstein : le devoir de génie (1990), trad. A. Gerschenfeld, Paris, Odile Jacob, 1993.

SLUGA, H. Gottlob Frege, London, Routledge and Kegan Paul, 1980.

WEINER, J. Frege in Perspective, London, Cornell University Press, 1990.

 

ARTICLES

 

BEANEY, M., « Frege, Russell and Logicism » in (eds. M. Beaney, E. H. Reck), Gottlob Frege, Critical Assessments of Leading Philosophers, vol. 1, London, Routledge, 2005, pp. 213-241.

M. BEANEY, C. THIEL, « Frege’s Life and Works : chronology and bibliography », in (eds. M. Beaney and E.H. Reck), Gottlob Frege, Critical Assessments of Leading Philosophers, vol. 1, London, Routledge, 2005, pp. 23-40.

BOUVERESSE, J., « Les origines frégéennes de la distinction entre ce qui ‘se dit’ et ce qui ‘se voit’ dans le Tractatus logico-philosophicus de Wittgenstein », in Recherches sur la philosophie et le langage, Grenoble, Cahiers du groupe de recherche sur la philosophie et le langage, 1981, pp. 17-55.

CERBONE, D. R., « How to Do Things with Woods, Wittgenstein, Frege and the Problem of Illogical Thought », in (eds. A. Crary and R. Read) The New Wittgenstein, London, Routledge, 2000, pp.  293-314.

CONANT, J., « Must We Show What We Cannot Say? », in (eds. R. Flemming and M. Payne) The Senses of Stanley Cavell, Lewisburg, Bucknell University Press, 1989, pp. 242-283.

CONANT, J., « Throwing Away the Top of the Ladder », Yale Review, vol. 79, 1990, pp. 328-364.

CONANT, J., « Elucidation and Nonsense in Frege and Early Wittgenstein », in (eds. A. Crary and R. Read) The New Wittgenstein, London, Routledge, 2000, pp.  174-217.

CONANT, J., « The Method of the Tractatus », in E.H. Reck (ed.), From Frege to Wittgenstein. Perspectives on Early Analytic Philosophy, New York, Oxford University Press, 2002, pp. 375-462.

CONANT, J., « Jeter l’échelle », Europe, octobre 2004, pp. 31-51.

COPI, I. M., « Frege and Wittgenstein’s Tractatus » (1975), in (ed. S. Shanker) Ludwig Wittgenstein, Critical Assessments, 5 vol., vol. 1 : From the Notebooks to Philosophical Grammar. The Construction and Dismantling of the Tractatus, London, Routledge, 1986, pp. 158-169.

DIAMOND, C., « Ethics, Imagination and the Method of Wittgenstein’s Tractatus », in (eds. R. Heinrich und H. Wetter), Bilder der Philosophie: Reflexionen über das Bildliche und die Phantasie, Wien, Oldenburg, 1991, pp. 55-90.

DIAMOND, C., « Frege et le non-sens », dans L’Esprit réaliste.Wittgenstein, la philosophie et l’esprit (1995), Paris, PUF, 2004, pp. 103-130.

DIAMOND, C., « Ce que le non-sens pourrait être », dans L’Esprit réaliste. Wittgenstein, la philosophie et l’esprit (1995), Paris, PUF, 2004, pp. 131-156.

DUMMETT, M., « Frege and Wittgenstein », in M. Dummett, Frege and others Philosophers, Oxford, Clarendon Press, 1991, pp. 236-248.

GABRIEL, G., « Frege, Lotze and the Continental Roots of Early Analytic Philosophy », in (eds. M. Beaney and E. H. Reck), Gottlob Frege, Critical Assessments of Leading Philosophers, vol. 1, London, Routledge, 2005, pp. 161-176.

GEACH, P.T., « Saying and Showing in Frege and Wittgenstein », in Essays on Wittgenstein in Honour of G. H. von Wright, edited by J. Hintikka, Amsterdam, North-Holland Publishing Compagny, 1976, pp. 54-70.

GLOCK, H.-J., « Sense and Meaning in Frege and the Tractatus », in G. Oliveri (ed.), From the Tractatus to the Tractatus and Other Essays, Frankfurt am Main, Peter Lang, pp. 53-68.

GOLDFARB, W., « Frege’s Conception of Logic », in (ed. M. Beaney, E. H. Reck), Gottlob Frege, Critical Assessments of Leading Philosophers, vol. 2, London, Routledge, 2005, pp. 50-69.

GOLDFARB, W., « Truth and Metatheory in Frege», in (ed. M. Beaney and E. H. Reck) Gottlob Frege, Critical Assessments of Leading Philosophers, vol. 2, London, Routledge, 2005, pp. 109-136.

GOLDFARB, W., « Wittgenstein’s Understanding of Frege. The Pre-Tractarian Evidence », in E.H. Reck (ed.), From Frege to Wittgenstein. Perspectives on Early Analytic Philosophy,New York, Oxford University Press, 2002, pp. 187-199.

GREIMAN, D., « Freges Grundverständnis von Wahrheit »,  in (ed. D. Greiman) Wahre und Falsche : Studien zu Freges Auffassung von Wahrheit, Georg Olms, Hildesheim, 2003, pp. 59-79.

HACKER, P. M. S, « Frege and Wittgenstein on Elucidations », Mind, 1975, n°84, pp. 601-609.

HACKER, P. M. S, « Semantic Holism: Frege and Wittgenstein » in (ed. C.G. Luckhardt) Wittgenstein, Sources and Perspectives, Hassoks, 1979, pp. 213-242).

HACKER, P. M. S., « Was He Trying to Whistle it? », in (eds. A. Crary and R. Read) The New Wittgenstein, London, Routledge, 2000, pp. 174-217, trad. fr de J.-L. Gautero, « Essayait-il donc de le siffler ? » dans E. Rigal (dir.), Wittgenstein, état des lieux, Paris, Vrin, 2008.

HINTIKKA, J., « Semantics : A revolt against Frege », in (ed. F. Guttorm) Contemporary philosophy. vol. 1, La Hague, Martinus Nijhoff, 1981, pp. 57-82.

HUGLY, P., « Ineffability in Frege’s Logic », in (ed. H. Sluga) The Philosophy of Frege. A Four-Volume Collection of Scholarly Articles on All Aspects of Frege’s Philosophy, New-York and London, Garland, 1993, vol. 2, pp. 111-128.

IMBERT, Cl., « Frege, entre Kant et Wittgenstein », in (dir. M. Marion, A. Voizard), Frege. Logique et philosophie, Paris, L‘Harmattan, 1998, 261-292.

IMBERT, Cl., « L’héritage frégéen du ‘Tractatus’ », Revue internationale de philosophie, vol. 23, n° 88-9 (1969), pp. 205-222.

IMBERT, Cl., article « Frege », Encylopaedia Universalis, vol. 7, Paris, 1968, pp. 952-954.

IMBERT, Cl., Introduction aux Fondements de l’arithmétique, Paris, Seuil, 1969, pp. 10-104.

IMBERT, Cl., « Le projet idéographique », Revue internationale de philosophie : Frege (1879-1979), n° 130, 1979, pp. 621-665.

JANIK, A., Introduction à Gottlob Frege: Briefe an Ludwig Wittgenstein, in Wittgenstein in Focus – Im Brennpunkt : Wittgenstein, Grazer philosophische Studien, 1989, vol. 33-34 (pp. 56-33).

KERRY, B., « Über Anschauung und ihre psychische Verarbeitung », quatrième article, Vierteljahrschrift für wissentschaftliche Philosophie, 1887, pp. 249-307.

KLEMKE, E. D., « Frege’s philosophy of logic », Revue internationale de philosophie : Frege (1879-1979), n° 130, 1979, pp. 667-693.

KÜNNE, W., « Wittgenstein and Frege’s Logical Investigations », in J.-H. Glock,

J. Hyman (ed.) Wittgenstein and Analytic Philosophy, Essays for P. M. S. Hacker, Oxford, Oxford University Press, 2009, pp. 26-62.

LANDINI, G., « Decomposition and Analysis in Frege’s Grundgesetze », in (ed. M. Beaney and E. H. Reck) Gottlob Frege, Critical Assessments of Leading Philosophers, vol. 4, London, Routledge, 2005, pp. 351-376.

LEVINE, J., « Logic and Truth in Frege », in (ed. M.Beaney and E. H. Reck) Gottlob Frege, Critical Assessments of Leading Philosophers, vol. 2, London, Routledge, 2005, pp. 231-248.

MACBETH, D., « Frege and Early Wittgenstein on Logic and Language », in (ed. E. H. Reck) From Frege to Wittgenstein. Perspectives on Early Analytic Philosophy, New York, Oxford University Press, 2002, pp. 201-225.

MAC FARLANE, J., « Frege, Kant, and the Logic in Logicism », in  (eds. M. Beaney and E. H. Reck), Gottlob Frege, Critical Assessments of Leading Philosophers, vol. 1, London, Routledge, 2005, pp. 71-109.

McGINN, M., «Wittgenstein et l’a priori. Y a-t-il une continuité entre le Tractatus et De la Certitude ? », dans Jacques Bouveresse, Sandra Laugier et Jean-Jacques Rosat, Marseille, Agone, 2002, p. 29-47.

MARROU, E., « A Somewhat Curious Discussion of Solipsism », dans C. Chauviré (éd.) Lire le Tractatus logico-philosophicus de Wittgenstein, Paris, Vrin, 2009, pp. 185-222.

MENDELSOHN, R., « Frege and the Grammar of Truth », in (ed. R. Gaskin) Grammar in Early Twentieth Century, London and New York, Routledge, 2001, pp. 28-53.

MONNOYER, J.-M, « Pas un traître mot. Pourquoi Frege ne pouvait comprendre le Tractatus »,  in Philosophie, 1992 (9), n°34, p.15-36.

MONNOYER, J.-M, « Quatre lettres en réponse au Tractatus », Philosophie, 1992 (9), n°34, pp. 3-14.

PERRY, R. B., « The Egocentric Predicament », Journal of Philosophy, Psychology and Scientific Method (1910), appelé plus tard Journal of Philosophy.

PERZANOWSKI, J., « Ce qu’il y a de non frégéen dans la sémantique du Tractatus de Wittgenstein et pourquoi », in Wittgenstein et la philosophie aujourd’hui, textes présentés parJ. Sebestik et A. Soulez, Paris, Klincksiek, 1992, pp. 163-177.

POLIMENOV, F., « Frege : Die Logik zwischen Denkanalyse und Sprachanalyse », article en ligne sur le site internet de la revue lituanienne Topos, European Humanities University, http://topos.ehu.lt/zine/2004/1/polimenov.pdf

PROUST, J., article « Frege Gottlob » in (ed. A. Jacob) Encyclopédie philosophique universelle, tome 3 : Les Œuvres philosophiques, Paris, PUF, 1992, pp. 2412-2415.

RECK, E. H., « Wittgenstein’s ‘Great Debt’ to Frege. Biographical Traces and Philosophical Themes », in E. H. Reck (ed.), From Frege to Wittgenstein. Perspectives on Early Analytic Philosophy, New York, Oxford University Press, 2002, pp. 3-38.

RICKETTS, T., « Frege, The Tractatus and the Logocentric Predicament », Noûs, vol. 19, No. 1, 1985, London, Blackwell, Mar. 1985, pp. 3-15.

RICKETTS, T., « Pictures, logic, and the limits of sense in Wittgenstein’s Tractatus » in (ed. H. Sluga and D.G. Stern) The Cambridge Companion to Wittgenstein,  Cambridge, Cambridge University Press, 1996.

RICKETTS, T., « Objectivity and Objecthood : Frege’s Metaphysics of Judgment » in (ed. M. Beaney and E. H. Reck) Gottlob Frege, Critical Assessments of Leading Philosophers, vol. 1, London, Routledge, 2005, pp. 313-340.

RICKETTS, T., « Frege’s 1906 Foray into Metalogic », in (ed. M.Beaney and E. H. Reck) Gottlob Frege, Critical Assessments of Leading Philosophers, vol. 2, London, Routledge, 2005, pp. 136-156.

RICKETTS, T., « Logic and Truth in Frege », in (ed. M. Beaney and E. H. Reck) Gottlob Frege, Critical Assessments of Leading Philosophers, vol. 2, London, Routledge, 2005, pp. 229-231.

RICKETTS, T., « Truth-values and courses-of-value in Frege’s Grundgesetze », in (ed. M. Beaney and E. H. Reck) Gottlob Frege, Critical Assessments of Leading Philosophers, vol. 3, London, Routledge, 2005, pp. 218-245.

RICKETTS, T., « Wittgenstein against Frege and Russell », in E.H. Reck (ed.), From Frege to Wittgenstein. Perspectives on Early Analytic Philosophy, New York, Oxford University Press, 2002, pp. 227- 251.

RUFFINO, M., « Logical Objects in Frege’s Grundgesetze, Section 10 », in E.H. Reck (ed.), From Frege to Wittgenstein. Perspectives on Early Analytic Philosophy, New York, Oxford University Press, 2002, pp. 125-147.

SCHMITZ, F., « Dédain pour le logicisme frégéen et incompréhension du ‘Tractatus’ en France entre les deux Guerres », in F. Nef (dir.), Acta du colloque Wittgenstein, Paris, T.E.R., 1990, pp. 175-194.

SCHMITZ, F., « Vérité et sens : retour à Frege », Revue internationale de philosophie, 4/1992, n° 183, pp. 505-526.

SHEFFER, H. M., « A Set of Five Independent Postulates for Boolean Algebras, with Application to Logical Constants », Transactions of the American Mathematical Society, vol. 14, n°4 (oct. 1913), pp. 481-488.

SHEFFER, H., « Review of Principia Mathematica, Volume I, second edition », Isis 8 (1926), pp. 226-231.

SHIEH, S., « On Interpreting Frege on Truth and Logic », in E.H. Reck (ed.), From Frege to Wittgenstein. Perspectives on Early Analytic Philosophy, New York, Oxford University Press, 2002, pp. 96-124.

SIMONS, P., « Frege and Wittgenstein, Truth and Negation », in R. Haller, J. Brandl (ed.) Wittgenstein, eine Neubewertung, Wien, Verlag Hölder-Pichler-Tempsky, 1990, pp. 119-129.

SLUGA, H., « Frege on the Indefinability of Truth », in E.H. Reck (ed.), From Frege to Wittgenstein. Perspectives on Early Analytic Philosophy, New York, Oxford University Press, 2002, pp. 75-95.

STANLEY, J., « Truth and Metatheory in Frege »,  in (ed. M. Beaney, E. H. Reck) Gottlob Frege, Critical Assessments of Leading Philosophers, vol. 2, London, Routledge, 2005, pp. 109-135.

STERNFELD, R., « Frege’s achievements and literal scientific discourse », Revue internationale de philosophie : Frege (1879-1979), n° 130, 1979, pp. 723-738.

SULLIVAN, P. M., « Metaperspectives and Internalism in Frege”, in (ed. M. Beaney, E. H. Reck) Gottlob Frege, Critical Assessments of Leading Philosophers, vol. 2, London, Routledge, 2005, pp. 85-105.

VAN HEIJENOORT, V., « Logic as Calculus and Logic as Language », Boston Studies in the Philosophy of Science, vol. III, Dortrecht, D. Reidel Publishing Compagny, 1967, pp. 440-446.

WEINER, J., « Has Frege a Philosophy of Language ? », in (ed. M.Beaney and E. H. Reck) Gottlob Frege, Critical Assessments of Leading Philosophers, vol. 4, London, Routledge, 2005, pp. 97-125.

WEINER, J., « On Fregean Elucidation », in (ed. M.Beaney and E. H. Reck) Gottlob Frege, Critical Assessments of Leading Philosophers, vol. 4, London, Routledge, 2005, pp. 197-215.

WEINER, J., « Section 31 Revisited. Frege’s Elucidations », in E.H. Reck (ed.), From Frege to Wittgenstein. Perspectives on Early Analytic Philosophy, New York, Oxford University Press, 2002, pp. 149-182.

WEINER, J., « What was Frege trying to prove? A response to Jeshion », Mind, 112, pp. 115-129.

WRIGHT, C., « Why Frege does not deserve his grain of salt : a note on the paradox of the ’concept horse’ and the ascription of Bedeutungen to predicates », in (ed. M. Beaney and E. H. Reck) Gottlob Frege, Critical Assessments of Leading Philosophers, vol. 4, London, Routledge, 2005, pp. 177-197.

 

 

Autres références

 

BLANCHÉ, R., DUBUCS, J., La Logique et son histoire (1970), Paris, Arman Colin, 1996.

RUSSELL, B., The Principles of Mathematics (1903), London, G. Allen and Unwin LTD,

1964,  trad. partielle de  J-M. Roy, dans Écrits de logique philosophique, Paris, PUF, 1989

RUSSELL, B., Introduction to Tractatus logico-philosophicus, in Tractatus, trad. G-G. Granger, Paris, Gallimard, 1993.

RUSSELL, B., Écrits de logique philosophique, trad. J-M. Roy, Paris, PUF, 1989.

SCHOPENHAUER, A., Die Welt als Wille und Vorstellung, trad. C. Sommer, V. Stanek, M. Dautrey, Paris, Gallimard, 2009.


[1] Tractatus logico-philosophicus (Logisch-philosophische Abhandlung), London, Routledge and Kegan Paul Ltd, 1922, trad. française de G-G. Granger, Paris, Tel Gallimard, 1993, p. 32.

[2] On retiendra notamment les articles de Peter T. Geach (« Saying and Showing in Frege and Wittgenstein », in Essays on Wittgenstein in Honour of G. H. von Wright, edited by J. Hintikka, Amsterdam, North-Holland Publishing Compagny, 1976, p. 54-70) et de Jacques Bouveresse (« Les origines frégéennes de la distinction entre ce qui ‘se dit’ et ce qui ‘se voit’ dans le Tractatus logico-philosophicus de Wittgenstein », in Recherches sur la philosophie et le langage, Grenoble, Cahiers du groupe de recherche sur la philosophie et le langage, 1981, p. 17-55), l’ouvrage de Gordon Baker : Wittgenstein, Frege and the Vienna Circle (Oxford, Blackwell, 1988), ainsi que le collectif dirigé par Erich H. Reck : From Frege to Wittgenstein. Perspectives on Early Analytic Philosophy, New York, Oxford University Press, 2002.

[3] G E.M. Anscombe, An introduction to Wittgenstein’s Tractatus (1959), London, Hutchinson, 1971, p. 12 ; M. Dummett, Frege: Philosophy of Language, London, Duckworth, 1973, p. 662 ; F. Schmitz, « Dédain pour le logicisme frégéen et incompréhension du Tractatus en France entre les deux Guerres », in F. Nef (dir.), Acta du colloque Wittgenstein, Paris, T.E.R., 1990, p. 175-194.

[4] Michael Dummett, « Frege and Wittgenstein », Frege and others Philosophers, Oxford, Clarendon Press, 1991, p. 236.

[5] Cf. D. Macbeth, « Frege and Early Wittgenstein on Logic and Language », in E. H. Reck (éd.) From Frege to Wittgenstein. Perspectives on Early Analytic Philosophy, op. cit., 2002, p. 201-225, p. 201.

[6] G. Baker, Wittgenstein, Frege and the Vienna Circle, p. 3.

[7] W. Goldfarb, « Wittgenstein’s Understanding of Frege. The Pre-Tractarian Evidence », in E.H. Reck (éd.), From Frege to Wittgenstein. Perspectives on Early Analytic Philosophy, New York, Oxford University Press, 2002, p. 187-199.

[8] Lettre à Russell du 19 août 1918, dans B. McGuinness, G.H. von Wright (éd.) Ludwig Wittgenstein: Cambridge Letters, Correspondance with Russell, Keynes, Moore, Ramsey and Sraffa, Oxford, Blackwell publishers Ltd, 1995, 1997, p. 124, de J-P. Cometti, Sud : L. Wittgenstein (hors-série), 1986, p. 230.

[9] Voir P.T. Geach, art. cit.

[10] Cf. « Über die Grundlagen der Geometrie » (1906), dans I. Angelelli (éd.) Kleine Schriften, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1967, p. 288. Cf. Jacques Bouveresse, art. cit., p. 41-42.

[11] Cf. Nachgelassene Schriften, H. Hermes et al.(éds), Felix Meiner, Hamburg, 1969, p. 290, trad. « Concept et objet », dans Écrits logiques et philosophiques, Paris, Seuil, 1971, p. 140.

[12] Cora Diamond, L’Esprit réaliste. Wittgenstein, la philosophie et l’esprit (1995), Paris, PUF, 2004, chap. 6, « Rejeter l’échelle : comment lire le Tractatus », trad., p. 242.

[13] Ibid., page suivante : l’argumentation de Diamond est ici particulièrement incertaine puisqu’elle présente l’attitude de Frege dans son débat avec Kerry comme celle d’un thérapeute voulant guérir son interloculeur de l’erreur selon laquelle la distinction fonction-objet pourrait être pensée. On accordera à Diamond qu’il ne peut ici y avoir de pensée au sens technique que prend ce terme chez Frege, mais cela n’affaiblit en rien la certitude ontologique du logicien d’Iéna quant à l’existence effective de fonctions et d’objets.

[14] Frege écrit par exemple dans « Concept et objet » que, « sous l’effet d’une nécessité linguistique, l’expression, prise à la lettre, trahit la pensée » (voir « Concept et objet », trad. p. 140).

[15] Ces principes consistent à : (1) « nettement séparer le psychologique du logique, le subjectif de l’objectif » ; (2) « rechercher ce que les mots veulent dire non pas isolément mais pris dans leur contexte » ; et (3) « ne jamais perdre de vue la différence entre concept et objet », Grundlagen der Arithmetik, (1884), Introduction, trad. Cl. Imbert, Paris, Seuil, 1969, p. 122.

[16] Peter Hacker s’est opposé à ce point de vue, affirmant que l’origine de la distinction wittgensteinienne entre dire et montrer doit être recherchée dans « une réflexion sur la théorie des types de Russell, et non, comme l’affirment Diamond et Conant (en l’absence de tout support textuel), [dans] une réflexion sur l’embarras que produit chez Frege l’assertion selon laquelle le concept de cheval est (ou n’est pas) un concept. […] Diamond […] le soutient en s’appuyant sur les thèses avancées par Geach dans ‘‘Saying and Showing in Frege and Wittgenstein’’. Toutefois, il n’y a chez Geach aucune preuve de cette assertion. » (« Was He Trying to Whistle it? », in (eds. A. Crary and R. Read) The New Wittgenstein, London, Routledge, 2000, p. 371, trad. fr de J.-L. Gautero, « Essayait-il donc de le siffler ? » dans E. Rigal (dir.), Wittgenstein, état des lieux, Paris, Vrin, 2008, p. 46.

[17] G. Baker, op. cit., en particulier p. 63 et p. 51-52.

[18] Voir Ray Monk, Wittgenstein : le devoir de génie (1990), trad. A. Gerschenfeld, Paris, Odile Jacob, 1993, première partie, chap. 2 et 3, en particulier p. 42-43.

[19] Cf. Bertrand Russell, The Principles of Mathematics (1903), London, G. Allen and Unwin LTD, 1964, trad. partielle de  J-M. Roy, dans Écrits de logique philosophique, Paris, PUF, 1989, trad. p. 191.

[20] « Il n’en a pas compris un traître mot », écrit, dépité, Wittgenstein à Russell le 19 août 1919 (cf. Ludwig Wittgenstein : Cambridge Letters, p. 124-125, trad. fr., p. 230). Sur ce point, on pourra consulter : J-M. Monnoyer, « Pas un traître mot. Pourquoi Frege ne pouvait comprendre le Tractatus » in Philosophie, 1992 (9), n°34, p.15-36 ; J. Floyd, « Gottlob Frege, Letters to Ludwig Wittgenstein » (avec Burton Dreben) in E. De Pellegrin (éd.), Successor and Friend: Georg Henrik von Wright and Ludwig Wittgenstein (Springer Verlag, à paraître), voir en particulier Prefatory note to the translation.

[21] Lothar Keiser, Gottlob Frege, Leben-Werk-Zeit, Hambourg, Felix Meiner Verlag, 2001, p. 580.

  1. La suite a-t-elle été publiée ?
    Merci !

  2. merci beaucoup, je viens de trouver l’article que je voulais lire
    wittgenstein est (pour moi) insupportable (il se cogne aux mur du langage et voudrait que ça nous fasse mal) et passionnant
    lalige

Commenter

Suivez-nous :
ISSN 2105-0864 - Copyright © 2009-2015 Implications philosophiques CopyrightFrance.com