N. Luhmann et la procédure

Print Friendly

Marine Dhermy

Présentation

Avec l'aimable autorisation de Patrik Ek

Avec l'aimable autorisation de Patrik Ek

La notion de « dispositif » fait l’objet d’une redéfinition conceptuelle par Michel Foucault dans Dits et Ecrits, « le jeu de Michel Foucault », interview où il revient sur l’usage qu’il fait de ce terme dans ses écrits. Son usage actuel est en effet très galvaudé, alors que Michel Foucault se livre à une analyse minutieuse de sa forme, de sa manifestation, de son contenu. Le dispositif n’est pas un simple système de dispositions pratiques destinées à accomplir une action donnée, de manière neutre. Si le dispositif fait système, ce n’est pas uniquement en raison de « dispositions pratiques » organisées de manière rationnelle et mises en œuvre par une quelconque institution, mais du fait qu’il s’agit d’un réseau composé d’éléments très divers, tenant aussi bien du discours que d’éléments non-discursifs, et dont le tout a une fonction stratégique de pouvoir.

En d’autres termes, un dispositif est un réseau dont la liaison même d’éléments hétérogènes produit à dessein ou non des mécanismes de pouvoir dont la source est invisible ; nous reviendrons sur cette invisibilité de la source du pouvoir dans notre travail pour la préciser. La notion thématisée par Foucault est extrêmement large parce qu’englobant des réseaux très divers, mais très spécifique en raison de la précision de l’analyse qu’elle est capable de produire, et nous avons toutes les raisons de croire que Niklas Luhmann sans nécessairement le concevoir décrit un phénomène que l’on peut clairement rapporter au dispositif foucaldien, dans son ouvrage La légitimation par la procédure. Nous ne reviendrons que par allusion sur les analyses de Foucault au cours des prochains articles, mais avons ajouté en bibliographie le titre des ouvrages utilisés en arrière-plan. Nous en sommes d’autre part restés aux analyses de Foucault et avons laissé de côté d’autres auteurs qui ont également thématisé cette notion.

Lorsque Niklas Luhmann élabore sa théorie des systèmes sociaux, il veut avant tout fournir une description la plus précise possible de nos sociétés modernes, en les arrachant du carcan des analyses traditionnelles. A l’inverse de Foucault, sa description est moins critique que programmatique. La portée des propos n’est donc pas exactement la même. Simplement, Luhmann évoque des mécanismes descriptifs similaires qui constituent proprement ce que Foucault appelle un dispositif. Pour le prouver nous analyserons un élément du dispositif de légitimation, la procédure. Celle-ci est pensée au sein d’un tribunal, dont la fonction est de légitimer des décisions contraignantes. Nous tenterons de mettre en lumière dans les articles à venir le fait que la procédure, qui n’est qu’élément du dispositif de légitimation, lie à son niveau des éléments très hétérogènes, destinés à créer des mécanismes de pouvoir qui restructurent des comportements sociaux, à des fins de légitimation, ou disons d’acceptation des décisions.

A cette fin, nous aborderons dans le premier article  le cadre général de l’organisation systémique de la société qui est au fondement de la fonctionnalité de la procédure – après quoi nous serons amenés à considérer la question de l’implication des individus dans le système (article en préparation).  Ceci devrait nous permettre d’envisager, en guise de conclusion pour cette série d’articles, les conséquences positives qu’une telle implication engendre.

Bibliographie

CLAM Jean, Droit et société chez Niklas Luhmann, « la contingence des normes », éd. P.U.F, coll. « Droit, éthique, société », Paris,  1997, p188

FOUCAULT Michel, « Le jeu de Michel Foucault », in Dits et Ecrits II, 1976-1988, éd. Gallimard, Paris, 2001

FOUCAULT Michel, Histoire de la sexualité I, La volonté de savoir, éd. Gallimard, Paris, 1977

FOUCAULT Michel, Surveiller et punir. Naissance de la prison, chap.3 « Discipline », éd. Gallimard, coll. « Tel », Paris, 1975, p159-264

FOUCAULT Michel, « Histoire des systèmes de pensée » in Résumé des cours du Collège de France, Paris, 1976-1977

GOFFMAN Erving, La mise en scène de la vie quotidienne, T1 et 2, éd. Minuit, coll. « Le sens commun », 1973

HABERMAS Jürgen, La technique et la science comme « idéologie », éd. Gallimard, coll. « Tel », Francfort-sur-le-Main, 1968, 211p

HABERMAS Jürgen, Raison et légitimité, Problèmes de légitimation dans le capitalisme avancé, trad. Jean Coste, éd. Payot, Paris, 1978

LUHMANN Niklas, La légitimation par la procédure, trad. Lukas K Sosoe, éd.Cerf, coll. « Passages », Laval, 2001

LUHMANN Niklas, Politique et complexité, trad. Jacob Schmutz, éd. Cerf, coll. « Humanités », Paris, 1999

LUHMANN Niklas, La confiance, un mécanisme de réduction de la complexité sociale, éd. Economica, coll. « Etudes sociologiques », Paris, 2006

LUHMANN Niklas, « Développements récents en théorie des systèmes », in G.Duprat, Connaissance du politique, éd. PUF, Paris, p 281-293

LUHMANN Niklas, Rechtssoziologie, éd. Westdeutscher Verlag, Opladen, 1983

OLIVIER Lawrence, « La question du pouvoir chez Foucault: espace, stratégie et dispositif », in Revue canadienne de science politique, Vol. 21, No. 1, mars 1988, pp. 83-98

WEBER Max, Economie et société, T1, chap 1 et 3, éd. Pocket, coll. « Agora », Paris, 1995

Commenter

Suivez-nous :
ISSN 2105-0864 - Copyright © 2009-2015 Implications philosophiques CopyrightFrance.com