À venir dans la rubrique « Implications de la perception »

Print Friendly

L’idée selon laquelle la perception aurait un objet s’impose avec une certaine évidence, mais pose cependant de nombreux problèmes essentiels à la philosophie de la perception : Peut-on assimiler la perception à un rapport à l’objet ? Quel serait ce rapport ? Existe-t-il un objet essentiellement perceptif  ? Cet objet est-il constitué  ou donné  ? Quels sont les critères de sa qualification, de son identification? Peut-il s’assimiler à un contenu  ? Est-il autre chose que l’influx nerveux dans lequel il se forme ? A-t-il une indépendance par rapport au sujet qui le ? Quels rôles respectifs jouent les différentes modalités perceptives dans sa saisie ? Pour répondre à ce genre de questions, classiques, mais toujours vives en philosophie contemporaine, le dialogue des différentes traditions apparaît plus que jamais déterminant. Pour ses prochaines publications mensuelles, la rubrique « Implications de la perception » se chargeront ainsi d’explorer ces questions, d’en faire varier les faces diverses, de l’analyse des thèses de Husserl, du réalisme direct aux thèmes du toucher, de la synesthésie, et de l’objet sonore.

Programme :

- Octobre : « Schriftlich, unbeschreiblich », par Pauline Nadrigny

– Décembre : « Perception et conflits fondateurs chez Husserl » par Raluca Mocan

- Janvier : « The object view » par Roberta Locatelli

- Février :

 

Ces publications sont une reprise de certaines interventions prononcées dans le cadre des journées d’études « L’objet de la perception », à l’Université de Paris I Panthéon-Sorbonne , École Doctorale de Philosophie (ED 280), Philosophies contemporaines (PhiCo EA3562)  EXeCO -  CEPA, organisées par Roberta Locatelli et Pauline Nadrigny

 

Commenter

Suivez-nous :
ISSN 2105-0864 - Copyright © 2009-2015 Implications philosophiques CopyrightFrance.com