Dossier Star Wars – Présentation

Print Friendly

« Le réveil de la Force »

 

Valentin Debatisse et Victor Vasse, coordinateurs du dossier

 

Un Jedi doit avoir l’engagement le plus profond, l’esprit le plus sérieux. Celui-ci depuis très longtemps je l’observe. Et toute sa vie, il a regardé vers l’avenir, vers l’horizon, jamais l’esprit là où il était, à ce qu’il faisait. L’aventure, l’agitation, ces choses un Jedi ne les désirent point. Tu es insouciant.

 

Ainsi s’exprimait Yoda dans L’empire contre-attaque, au moment où il voulait mettre à mal l’idée reçue de Luke qui s’imaginait le Jedi comme un aventurier que sa maîtrise de la Force rendait puissant. Mais cette idée n’est au fond simplement révélatrice que de son insouciance. Mais le philosophe n’est-il pas insouciant de la même manière ?

À première vue, tout philosophe aguerri aux concepts et aux constructions conceptuelles ne trouvera rien qui ne puisse l’intéresser dans cette galaxie lointaine, très lointaine, et insouciants seraient ceux qui formuleraient un tel dessein. Mais à première vue seulement… Loin de penser que conduire une réflexion philosophique sur cet univers de fiction était impossible ou inutile, quelques « insouciants » se lancèrent donc dans cette aventure et se réunirent pour se faire à l’été 2018 à Clermont-Ferrand, afin de réfléchir sur cet univers (ou plutôt de plonger en lui). Les différents regards qui composent le présent recueil s’accordent sur le fait que ces films pensent, par l’enchaînement des images, des thèmes qui ont été centraux dans l’histoire de la philosophie, comme par-exemple la question du meilleur régime politique, celle de savoir quel est le principe de l’univers ou encore la question de l’héritage génétique. Singulièrement, c’est ici la question des liens et des interactions entre la philosophie et un univers cinématographique, en l’occurrence celui de Star Wars, qui aura servi de guide à la reconnaissance de cette histoire. Il ne s’agit pas ici d’un artifice rhétorique qui consisterait à prendre l’univers de Star Wars comme un prétexte pour faire de la philosophie et servir d’illustration à une réflexion sur quelques thèmes. Bien au contraire, les films de la saga ont leurs propres moyens d’expression et leur propre matière pour manifester les choses, et la tâche du philosophe sera donc de repérer au sein de ses films les interférences et les résonances qu’il peut y avoir entre les images que les films nous présentent et les concepts qu’il peut se forger par l’exercice philosophique.

C’est donc avec « l’engagement le plus profond » et « l’esprit le plus sérieux » chers à Yoda et nécessaires dans l’enseignement des Jedi que les différents contributeurs se sont attaqués à cet univers. Mais pourquoi une telle décision d’explorer l’univers de Star Wars comme s’il recélait en son sein quelques riches pensées philosophiques ? Pourquoi s’orienter sur lui lorsqu’il s’agit de brosser à grands traits quelques perspectives sur la manière dont la philosophie a traversé les époques jusqu’à nous ?

À cela, il peut être avancé certaines pistes qu’explorent les contributions réunies ici.

  1. Questionner l’importance qu’a pu avoir le film La guerre des étoiles : un nouvel espoir, qui apparut sur nos écrans pour la première fois en 1977 et constitua pour le cinéma une véritable rupture avec ce qui l’avait précédé. Il se situe au niveau cinématographique au croisement des chemins, entre la fin d’une ère, celle du Nouvel Hollywood, et une nouvelle qui est celle de l’avènement du Blockbuster. On assiste donc à un changement de paradigme qui impacte tous les différents aspects du film (la narration, la critique, le financement, etc.), et la question se pose de savoir comment appréhender un film dorénavant.
  2. Comprendre ce qu’est ce nouvel univers hétérogène au nôtre au sein duquel nous sommes néanmoins plongés en tant que spectateurs du film au travers d’un nécessaire travail de cartographie qui permet d’interroger sa cosmologie, sa diversité biologique et la manière dont les différents individus coexistent dans un même milieu, ainsi que les enjeux géopolitiques qu’il sous-tend.
  3. Cerner les grandes questions qui sont soulevées dans les films et qui ont également traversé l’histoire de la philosophie, des questions tant métaphysiques que morales ou politiques dont nous pouvons tirer les questions suivantes : faut-il confier le pouvoir à tous ou au meilleur ? Quelle est l’origine du mal ? Qu’est-ce que la Force ?
  4. Enfin, il était aussi nécessaire d’aborder cet univers de manière critique afin de savoir s’il n’était pas simplement une vaste duperie qui introduiraient en contre-bande des idéologies qui se feraient passer pour des idées novatrices et philosophiques. Star Wars n’est-il pas autre chose qu’une super-production destinée à divertir le plus large public possible et qui obéirait à une logique industrielle et mercantile, davantage qu’à une logique de la pensée ?

Loin d’épuiser le sujet, ce recueil a davantage vocation à ouvrir des perspectives, à arpenter différents sentiers afin de montrer que sous ces apparats de « conte de bonne femme » comme diraient Platon ou Kant (et, pourrions-nous ajouter, d’enfants) sommeillent de véritables problématiques qui traversent inlassablement l’histoire humaine comme autant de problèmes qui ne cessent de se présenter à nous, et à susciter chez le lecteur des interrogations qui feront peut-être écho dans la recherche philosophique future.

 

Commenter

Suivez-nous :
ISSN 2105-0864 - Copyright © 2009-2015 Implications philosophiques CopyrightFrance.com