AAC – La philosophie des sciences au prisme des séries télévisées

Print Friendly

Le format des séries rend possible l’immersion dans un monde social, urbain, professionnel, la familiarisation avec ses figures, ses pratiques, ses normes. Or, l’une des tâches des philosophes des sciences est de concevoir la science en tenant compte des modalités concrètes de sa pratique. D’où la question : que nous enseignent les séries sur la science ou, plus généralement, sur la manière dont on établit la vérité ? Sur les procédures d’établissement de la preuve ? Sur l’interaction entre les enjeux sociaux et les décisions scientifiques ? Sur les effets de la science ? Sur les différentes pratiques scientifiques ? Les problèmes pourraient être plus précis : comment un problème de philosophie de la logique, des mathématiques, de la biologie, de la physique, des probabilités, de l’histoire, des sciences humaines, peut-il être posé au travers d’une série ?breaking-bad-2

L’objectif de ce numéro spécial d’Implications philosophiques est ainsi de présenter des articles où un problème relevant de la philosophie des sciences peut être traité en s’appuyant sur une série, ou en se demandant quel problème posé par une série peut être traité au moyen de la philosophie des sciences.

Plusieurs manières d’articuler séries et problèmes philosophiques sont concevables. Dans la mesure où elles interrogent le spectateur ou la spectatrice, elles peuvent, en lui présentant des situations qu’il ou elle ne voit en général que de très loin, l’amener à réviser son jugement, à admettre son ignorance ou à adopter des perspectives nouvelles. Dans le meilleur des cas, les séries peuvent fournir une représentation correcte de leur objet, et jeter un éclairage nouveau sur les problèmes philosophiques qu’il pose. Même si ce n’est pas le cas, au sens où ce que la fiction représenterait ne serait qu’une idéalisation, une telle idéalisation peut illustrer une conception définie de la science. La tâche est alors d’identifier laquelle, et d’expliciter les arguments que la série développe en sa faveur. Comme il ne s’agit évidemment pas de postuler que les scénaristes de séries télévisées ont nécessairement raison, tant du point de vue sociologique que philosophique, il peut être intéressant de montrer que l’image de la pratique scientifique présentée dans la série est fausse. Une critique de la série, et sa correction, peuvent alors être envisagées.

Voici quelques exemples de questions susceptibles d’être abordées dans les articles : comment les techniques d’enquête sociologique sont-elles contrastées avec les techniques d’enquête policière ou journalistique dans The Wire ? Quelle est la conception des lois de la nature proposée par Lost ? Quelle épistémologie sociale est présentée dans House ? Manhattan fournit-elle un modèle crédible et souhaitable d’articulation de la recherche et de la politique ? Comment The West Wing traite-t-elle du rapport entre la démocratie et la science ? Que nous apprend Masters of Sex sur l’émergence d’une discipline scientifique nouvelle ? Que nous enseigne The Knick concernant les progrès de la technique et leurs rapports avec les progrès de la connaissance ? La série Helix illustre-t-elle ou contredit-elle les analyses de Bruno Latour ? Que nous enseigne ReGenesis sur la frontière entre l’inerte et le vivant ? La série Les Experts fournit-elle une représentation correcte du raisonnement scientifique ? Qu’est-ce que la philosophie des sciences cognitives peut apprendre de Dollhouse ?

INFORMATIONS PRATIQUES

Coordination éditoriale : Raphaël Künstler, Sylvie Allouche, Hugo Clémot

Contact :

Nous invitons les auteurs à soumettre des propositions portant sur l’un des thèmes évoqués ou sur d’autres questions pertinentes. Les propositions, sous forme d’un résumé compris entre 300 et 1000 mots (formats .doc ou .rtf), seront anonymes, accompagnées d’un document séparé contenant le titre de l’article, le nom de l’auteur, son statut, son affiliation institutionnelle et une adresse email. Les propositions seront évaluées anonymement par le comité de lecture du numéro conformément aux principes de la revue (http://www.implications-philosophiques.org/soumettre-un-article/).

Les propositions doivent être adressées à la rédaction : redaction@implications-philosophiques.org

CALENDRIER

Date limite de réception des propositions : 1er juillet 2015

Notification de la première phase de sélection : 15 juillet 2015

Soumission des articles complets : 30 septembre 2015

Publication : décembre 2015

Les articles définitifs ne devront pas dépasser 35 000 signes.

Les commentaires sont clos.

Suivez-nous :
ISSN 2105-0864 - Copyright © 2009-2015 Implications philosophiques CopyrightFrance.com