Les passions dans l’espace public

Print Friendly

La revue en ligne à comité de lecture Implications philosophiques lance un appel à contribution portant sur la place et le rôle que jouent les passions dans l’espace public, pour le dossier Printemps 2011.

Présentation

Le dossier a pour objet d’étudier la place accordée aux passions au sein de l’espace public. Il s’agira de mener une investigation sur la notion d’espace public aujourd’hui, en ce début de XXIième. Peut-il encore se définir comme un lieu de rationalité, ou bien n’est-il que le théâtre de l’expression des passions ?

Est-il souhaitable, et même pensable, d’exclure le discours passionné de l’espace public ? Quelle place ménager sinon aux passions : celle d’auxiliaires assurant l’adhésion aux choix de la raison ?

Bannies, cachées ou exaltées, les passions par nature ne laissent pas indifférents. Représentent-elles le danger qui menace la démocratie, quand la peur remplace la raison ? Ou au contraire incarnent-elles la dynamique même qui assure une vie politique réelle et préserve de l’apathie souvent décriée ?

Au cœur de la philosophie, le lien entre les passions et la politique n’est pas neuf. Hobbes adosse le politique à une anthropologie philosophique reposant sur la peur. Peur que l’on retrouve plus près de nous dans l’heuristique de la peur que propose H. Jonas dans son Principe Responsabilité. Les passions sont ainsi parfois mises en avant, comme bénéfiques. Des acteurs politiques à part entières.

Cette approche semble pourtant s’opposer frontalement à l’idéal humaniste de maîtrise de soi, idéal prolongé par les Lumières. Raison contre passion, le débat est aujourd’hui toujours d’actualité. La querelle entre les libéraux et les communautariens n’est-elle pas, in fine, l’affrontement entre le choix du cœur et le choix de la raison ? l’opposition Renan/Fichte réactualisée ?

Il serait également intéressant de se demander si toutes les passions se valent. Ou si, au contraire, il conviendrait de sélectionner certaines passions, qui seraient autorisées à être représentées dans l’espace public, et d’autres qui devraient en être bannies. Une pensée de l’intensité, de la gradation, peut également être poursuivie dans ce dossier.

Indications pratiques

Les propositions d’articles dans leur version finale entre 10 000 et 25 000 signes ou espaces (hors notes) sont à retourner pour le 8 mai au plus tard au comité de rédaction : redaction@implications-philosophiques.org

Elles pourront être accompagnées d’une présentation bio-bibliographique de l’auteur (entre 500 et 1 000 signes). Le document doit par ailleurs être enregistré sous format Word (.doc ou .rtf). Un accusé de réception sera envoyé à l’auteur(e).

Calendrier

Date limite d’envoi des contributions : 8 mai 2011

La notification d’acceptation ou de refus est prévue pour début juin 2011

Coordination :

Thibaud Zuppinger

Les commentaires sont clos.

Suivez-nous :
ISSN 2105-0864 - Copyright © 2009-2015 Implications philosophiques CopyrightFrance.com